Accueil, Plan du site, Contact, Mentions légales

EN ARDECHE
VERTE




 
BIENVENUE SUR LE SITE DU CARREFOUR DES ARTS DE LALOUVESC 

Au service de la promotion de l'art en Ardèche depuis 1989, l’association "Carrefour des Arts" rassemble des bénévoles amoureux des arts et désireux de faire partager leur passion à un large public.

L'association a pour vocation la mise en valeur de l’expression artistique sous toutes ses formes dans le cadre d'une démarche de développement de territoires ruraux éloignés des grands centres culturels urbains.

Son action vise à développer la qualité et la diversité de l’offre culturelle, et à favoriser le rapprochement direct entre les artistes et leur public.

L'association organise chaque année, au Centre d’Animation Communal, une exposition réunissant des artistes français et étrangers durant la période estivale. L'entrée est libre.
La place centrale du village de Lalouvesc

Le centre du village

L'EXPOSITION 2020 (32e CARREFOUR des ARTS)


Du dimanche 7 juillet au dimanche 25 août 2019 au Centre d’Animation Communal, route de Bobigneux, à Lalouvesc (07520).
Ouverture tous les jours de 14h30 à 18h30, et jusqu’à 19h00 les dimanches et jours fériés.

Entrée libre, libre participation.


Cette exposition est organisée en prenant en compte toutes les régles sanitaires imposées ou recommandées par le Ministère de la Santé, à savoir:
  • port du masque à l'intérieur de l'exposition
  • nettoyage des mains au gel hydroalcoolique à l'entrée
  • distanciation physique d'au moins 1m50 à l'intérieur de l'exposition








Au Péristyle : Ewa KARPINSKA. Aquarelliste

Ewa Karpinska est née en Pologne en 1962.  Diplômée  en architecture du paysage à l’Université des Sciences de la Vie (Varsovie) en 1985. De nationalité française, elle vit et travaille en région parisienne.

Elle est connue des aquarellistes par son oeuvre mais aussi par son ouvrage « Aquarelle, la lumière de l’eau » éditions Fleurus, 2002. Ce livre, maintes fois réédité en France et à l'étranger, réinvente l’utilisation de l'aquarelle.

Le rapport au liquide est essentiel dans ma création. Nos énergies se conjuguent.
Ma gestuelle s’imprime dans la matière fluide. Je négocie avec cet élément chaque tracé calligraphié. Patiemment, je construis mes réseaux de signes que le fluide transforme. J’oppose mes réaffirmations à la logique d’action de mon interlocuteur, jusqu’au moment où la disparition du solvant arrête la dynamique d’échange. Le support, témoin de ce cheminement, en garde la mémoire.
Travailler avec l’eau est une forme de méditation ; elle exige de moi la concentration, m’oblige à faire des choix instantanés, m’aide à l'oubli de mon ego.

Sa vivacité rejoint celle de mon esprit et mon inconscient est symbolisé par elle.
J’écris sur la surface de l’eau. J’enchaîne des signes, ils constituent mon écriture picturale. Il a fallu du temps et de la pratique de tous les jours pour qu’elle acquière souplesse, force, énergie. Pour que les tracés s’assemblent avec fluidité. Cette empreinte de mon corps et de mes états mentaux est unique et m'appartient, est ma signature.

J’associe l’eau à de nouvelles façons de penser, où un mode de relation autoritaire cède le pas à la construction commune. La fertilisation est possible grâce à l’inondation ; un renouveau voit le jour. Ces observations sont à l’origine de mon choix de l’aquarelle peinte en accord avec le cycle de l’eau se déroulant sur mon papier.

Le papier est né de l’eau : elle est présente  comme ingrédient fondamental dès la fabrication de la pâte jusqu’à l’obtention de la feuille. De cette genèse lui vient une grande parenté avec ce liquide vital. Il vit secrètement, respire, s’étire, ploie, parle. Je l’écoute. Je le colore, déchire, colle, gaufre, cire, recouvre, gratte, imprègne. Je le transforme et lui, transforme mon œuvre.

Il m’importe de parler des forces invisibles qui unissent de manière cyclique l’Humain à l’Univers. Des empreintes de lumière, l'irréel de la transparence de la peinture, force de l’écriture et les temps suspendus du dialogue, tissent mon œuvre.
Ewa Karpinska   
 


 
Au Théâtre : Gilbert  FRIZON. Sculpteur


Né à Bourgoin-Jallieu le 19 janvier 1978, Gilbert Frizon a rencontré la pierre à 20 ans, écourtant ses études de philosophie pour se former à la restauration du patrimoine et à la sculpture statuaire.

Depuis 2004, il travaille à Culin (Isère), développe sa création personnelle et participe à de trés nombreuses  expositions et  symposiums internationaux, ses œuvres sont visibles en France, en Suisse, en Russie, aux USA, en RDCongo...


Il tisse des liens toujours plus intimes avec le minéral, s’affranchit des notions de pesanteur et d’inertie qu’on lui attribue, comprend que la matière est dynamique, vivante, elle est énergie.


Ses sculptures sont des morceaux de planète, des instantanés d’univers ; elles rendent perceptibles les phénomènes dont nous subissons les lois mais qui échappent à notre conscience.


Gilbert Frizon nous propose la sensibilité et l’intuition comme voie vers la connaissance :


Faire le choix de la pierre aujourd’hui c’est pour moi faire le choix de l’histoire universelle, c’est me libérer des clivages de l’art, dépasser les modes et les formalismes.


Il m’aura fallu changer d’échelle, d’espace et de temps, dépasser le matériau pour entrer dans la matière, adopter la densité.


Sculpter la pierre est une posture, un acte fondamental qui replace l’Homme dans son rapport holistique au monde.


C’est se tenir debout et s’impliquer avec la plus grande sincérité dans le geste.


Tenter de communiquer par le sensible ce que notre raison cloisonne.


C’est faire jaillir la vie du minéral, puisqu’elle vient de là.


La pierre est un passage.

Gilbert  FRIZON   





Au Grand Salon: Alain MAILLAND .  Tourneur sur bois

Né en 1959 en Côte d’Ivoire, il a grandi et fait ses études en banlieue de Paris.
Après des études à l’École d’Art de Cergy-Pontoise, et ses premiers cours de tournage en 1987, Il travaille comme charpentier et menuisier jusqu’en 1993.

Il devient tourneur professionnel en1993, développe ses propres techniques de tournage et sculpture et commence sa production à base de bois vert .

A partir de 1998, après une résidence de deux mois au centre de tournage sur bois de Philadelphie, Alain Mailland commence à présenter tous les ans des expositions. Depuis Il a exposé régulièrement en France (entre autres au Grand Palais) et aux USA, mais aussi en Grande-Bretagne, en Italie, au Luxembourg, en Belgique, Allemagne, Suisse, en Espagne et en Chine.

 
Tout mon travail est basé sur la beauté et les caractéristiques de chaque bois.
J’utilise principalement des racines et des loupes fraîches de ma région car ce sont des bois précieux aux motifs et couleurs extraordinaires : le pistachier, l’arbousier, la bruyère, le filaire, le micocoulier, etc.
J’ai besoin de bois très fins pour réaliser ces pièces délicates.


Il existe une connexion entre toutes les espèces sur terre. Par exemple, on peut trouver des formes animales et minérales dans les racines et les végétaux, et inversement. Les règnes se croisent, les frontières sont floues.

Nous les humains, sommes liés avec toutes les créatures vivant sur terre. C’est ce que je ressens quand je crée mes pièces. Ces créatures semblent vivantes, je tourne d’abord des formes en croissance, comme les fleurs ou les végétaux.
Grâce au tour et à mes techniques, je peux reproduire toutes les structures circulaires que l’on observe dans l’univers, de l’atome à la galaxie.

Pour moi la naissance de ces objets est l’incarnation de mes rêves.

Alain Mailland  


   





Photos : Franck Tourneret


Au Petit Salon: Antoine RAULT, Verrier

Né en 1983 à Lorient, je découvre le verre en 1999 lors de mon CAP en Enseignes Lumineuses et Signalétiques (fabrication de tubes Néon ).
Deux ans plus tard, CAP en poche, j'intègre le Lycée Professionnel Jean Monnet ( Yzeure/Allier) dans la section Brevet des Métiers d'Art option verre à chaud. Je découvre alors le métier de souffleur de verre, ainsi que les multiples usages créatifs du verre tel que: la taille, le Fusing, le vitrail pour n'en citer que quelques uns.

En 2002, après une année à l'école, et à la suite d'un stage chez Raphaël Farinelli à Biot, je décide de reprendre ma formation a zéro dans ce même atelier qui m'accueillera pendant mes deux années d'apprentissage en alternance avec les cours au CERFAV (Centre Européen de Recherche et de Formation aux Arts Verrier -Vannes le Châtel)

Mon premier contact avec la pâte de verre date de cette période, après plusieurs années en tant que Souffleur de verre chez différents verriers, j'ai décidé de mettre le soufflage de verre de côté pour me consacrer à la Pâte de verre .

En 2011 j'ouvre mon atelier , maintenant installé à Sauveterre de Rouergue en Aveyron
Antoine RAULT     

Le verre, une matière mystérieuse… Pas naturelle, mais alchimique, tient à souligner Antoine Rault.

A 35 ans, cet artiste a appris à apprivoiser le verre, à travers lequel il libère sa créativité.
Dans son atelier, ses œuvres surgissent, colorées, opaques et translucides, lisses et hérissées, habitées parfois de petites bulles ou d’un voile.

«Je me plonge dans votre création et j’imagine plein de choses », lui a dit un jour un client.
La contemplation, l’invitation au voyage intérieur, ce sont peut-être là les promesses du verre modelé par Antoine Rault…

Agnès d'ARMAGNAC  
 












Au Grenier des Peintres: Florence V. HENRIC  , Peintre

Membre de l’Académie Lyonnaise de Peinture


Florence V. peint ... sans pinceau ... du bout des doigts.
De l'impressionnisme de ses débuts, élève du Maître Gaston Allabal, à un expressionnisme intuitif moderne, Florence V. associe les couleurs dans un univers qui fait rêver.

La peinture de Florence est une sorte d'alchimie créatrice qui dépasse l'idée du "sujet".
Le contact direct de sa peau avec la toile confère à l'ensemble la sensibilité d'un échange entre deux univers que l'on ne peut aborder que du bout des doigts...

Mon art est né d’Afrique noire, d’un drap blanc, de chants, de danses et de couleurs.
Revenue en France, ce drap est devenu toile ; ces chants : mon imaginaire et ces danses animent mes mains aux mille pas de couleurs libérées d’un pinceau encombrant.

Entre Ciel et Terre, pèlerin du Temps Suspendu, je navigue : de cités rêvées en rivages oubliés, de multitudes en solitudes, art sans attache ni port, son errance même vivifiant l’œuvre.

79-86 Afrique noire, Cameroun Douala, Yaoundé

94-98 Travail avec Gaston Alaball, Peintre Lyonnais

98-2007 Lent murissement d’un Art difficile.

2007 fut l’année de ma première exposition personnelle dans l’Eglise de Vermelle, où j’ai été baptisée par Marc Perry, journaliste écrivain du Dauphiné Libéré, « Florence V. », « V » comme Vermelle.
Depuis, plus de 70 lieux différents ont accueilli mes toiles … en Rhône Alpes, dans le Cotentin, le Haut Rhin, la Drôme, l’Hérault, La Loire, le Var, la Dordogne, la Charente Maritime, les Pyrénées Orientales, le Doubs, la Côte d’Or, la Meurthe et Moselle, Paris,  etc… et aussi à l’étranger ….

Directement du cœur, aux doigts, à la toile, sans couteau ni palette, je laisse l’imaginaire ré-enchanter la vie.  La couleur crée l’émotion et laisse jaillir l’étincelle de la création.

Je respire dans les couleurs. Cette émotion vit et s’épanouit, le tableau prend forme.

Chaque espace imaginaire renvoie la vibration que transmet la couleur au plus profond du regard.
A chacun d’y trouver sa propre représentation.


Vivre comme si c’était le dernier jour de ma vie et avoir l’éternité devant moi.
Tout ce qui peut favoriser l’imaginaire est un bien précieux.

Florence V. HENRIC   

www.florence-v.fr



Dans l'Envolée : Ww X. Photographe








L'ESPRIT DU CARREFOUR DES ARTS


Le Carrefour des Arts, c’est d’abord un lieu de rencontres entre des artistes aux parcours très différents, linéaires ou chaotiques, mais également, entre les artistes et le public, fidèle depuis 1989.
Le Carrefour des Arts, c’est aussi un lieu propice à la réflexion, réflexion sur le déroulement d’une vie, sur les sources d’inspiration de chaque artiste, sur l’itinéraire personnel et professionnel qui a conduit un jour à l’affirmation d’un projet, une construction continue au fil de l’eau ou un sursaut, une réaction aux épreuves du temps.
Le Carrefour des Arts, c’est enfin un lieu d’épanouissement personnel, un lieu où la diversité montre qu’un artiste sommeille en chacun de nous et qui n’attend que l’occasion pour se révéler.

C’est pour répondre à l’ensemble de ces exigences que nous choisissons chaque année des artistes différents et originaux, afin d’offrir une diversité propre à susciter à travers leurs travaux des interrogations sur le sens de la vie.

S’agissant en particulier des arts plastiques, la perception que l'’on peut avoir de l’œuvre reste avant tout une affaire individuelle et personnelle. Certains seront plus sensibles à la peinture, d’autres à la sculpture, d’autres enfin ou aux multiples autres formes d’expression. Par ailleurs, certaines personnes seront plus attirées par des formes traditionnelles, tandis que d’autres seront fascinées par l’imagination à l’origine d’œuvres plus modernes et parfois un peu déroutantes. Notre programmation veille à faire découvrir et satisfaire toutes ces sensibilités.

C’est ainsi que, quels que soient ses centres d’intérêt, et en prenant un peu de recul sur le résultat final présenté, chacun peut s’interroger sur les ressorts de la création artistique.
La création est-elle le reflet d’une souffrance à surmonter ou celui d’une joie à partager ?
La création est-elle le reflet d’une pensée, d’une imagination traduite sous une forme originale en utilisant parfois des matériaux détournés de leur usage premier ?
La création est-elle la transcription d’une vision personnelle d’un objet ou d’un paysage selon son inventivité ?

Les artistes et les œuvres présentés sont l’expression de l’ensemble de ces interrogations. Une lecture attentive du parcours des artistes, une approche sereine des réalisations, sont des étapes essentielles pour entrer dans leur univers et en retirer tout l’intérêt en vue du développement artistique personnel de chaque visiteur.
Le Livre d’Or en témoigne, le public du Carrefour des Arts est toujours exigeant, très souvent reconnaissant, jamais indifférent.
Patrick ROCCIA  










L'enfant sauvage
Gemmail d’après Jean COMMERE


Pour naviguer sur le site
Le site est composé :

1. de pages présentant les programmes des expositions depuis 1989

2. de pages individuelles présentant les artistes qui ont exposé au Carrefour des Arts depuis 2005, année de la création de ce site

3. de pages diverses présentant des informations en rapport avec le Carrefour des Arts

Toutes ces pages sont interconnectées.

Les liens où cliquer sont reconnaissables à leur couleur qui passe du bleu au rouge lorsqu'ils sont survolés.

Les liens sur les pages des programmes annuels (1989 à 2010) et sur la page "Les artistes du carrefour des Arts" ouvrent les pages d'artistes dans une nouvelle fenêtre.

Une fois une page d'artiste consultée, refermez la pour retrouver la page du programme de l'année d'exposition correspondante, ou la liste des artistes ayant exposé au carrefour des Arts.

Bonne visite.

Vue du village de Lalouvesc
Oeuvre de Lemonnier (P.O.M.)
sur la Place Marel devant la basilique (exposition 2008)



Mentions légales:

Ce site est hébergé par STRATO (http://www.strato.fr/index.html). Les personnes et organismes cités sur ce site bénéficient du droit d’accès aux informations qui les concernent et du droit de les faire modifier (changement de nom, d’adresse, de fonction, etc…), rectifier en cas d’erreur ou supprimer, par simple envoi d'un courriel au webmestre (webmaster@carrefourdesarts-lalouvesc.com)(articles 38 à 40 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés).


L’exposition bénéficie du soutien de la région Auvergne Rhône-Alpes, du département de l’Ardèche, de la Communauté de Communes du Val d'Ay et de la municipalité de Lalouvesc.


Liens vers les sites de nos sponsor
s institutionnels

sigle Lalouvesc

Haut de la page